tapisseries

Le noeud de raison  

Extrait de "Jean Fourton et la parole secrète"

 

En Côte d’Ivoire, les tisserands Baoulé ajoutent à leur métier à tisser un petit objet en forme de cheville en bois où ils fixent leur bobine. Les collectionneurs d’art premier l’appellent poulie. Les Dogons, « parole secrète. » Ce qui est étonnant, c’est qu’entre la bobine Dogon et le « Nœud borroméen » ou le « Nœud de Raison » de Jean Fourton se tissent des liens de parenté licites. Les deux sont fixés sur une cheville en bois, les deux ont un rapport avec le tissage.

Du fil à l’ouvrage au fil du langage une tapisserie se trame comme un texte et comme le drame. Le nœud de Jean Fourton est suspendu au fil du sens, l’intrigue est là : trois lanières tissées tiennent ensemble de telle manière que si l’une des trois est tranchée l’ensemble se défait. À l’aide d’un moteur dissimulé dans la cheville, elles tournent sur elles -mêmes dans le nœud de l’action. Trois ou rien ! la sentence est prononcée mais son écho troublant, comme la poulie africaine, c’est une parole secrète.

Dans la leçon du 18 décembre 1973, du séminaire les « non dupes errent », Jaques Lacan jette un mot inoubliable à la postérité à propos de la trinité chrétienne : « cette religion, je vous l’ai dit, c’est la vraie. C’est la vraie, puisqu’elle a inventé cette chose sublime, (...) Elle a vu qu’il en fallait trois ronds de ficelle de consistance strictement égale pour que « rien » fonctionne. » Jean Fourton a été l’élève de ce grand psychanalyste français. Son art ne peut « faire le dupe ».

Dire de sa sculpture qu’elle est un texte, n’est peut-être pas non plus une appréciation sans fondement : Le latin « textus » désigne ce qui est tramé, tissé. D’une taille considérable, 260x120 cm avec l’enchevêtrement savant de ses lanières tournante miroitant le rouge, l’or et le brun, elle occupe l’imagination du spectateur sur la thématique du nœud, de la palette du peintre et de la question de l’énoncé. Là où elle est posée, elle crée un espace, comme une fenêtre en plein cintre, harmonieuse architecturale et symbolique. Jean Fourton passe de la sculpture à la peinture et de la peinture au tissage et du tissage à l’écriture, « terrible passage à chaque fois, terrible exposition..."

Ileana Cornea

Ecrivain, Critique d'Art, Journaliste

à Artension

...la sculpture tapisserie d'Aubusson animée qu'il signe ici se veut figure de topologie stylisée, manifestant ainsi que dans l'inconscient, le réel, le symbolique et l'imaginaire sont nécessairement noués. Que l'un des brins soit rompu, alors le nœud se défait et ouvre le champ à la folie. Mais le sens savant ou clinique n'importe qu'en seconde lecture. Les oeuvres de Fourton veulent d'abord faire Ia part belle à l'instinct et au jeu ...

Exposition au Musée National de Suisse An 2000.

...A ce nœud là, l'artiste pour qui l'humour est aussi essentiel à l'art qu'à Ia vie, superpose aussi implicitement et comme dans chacune de ses oeuvres, un autre nœud : celui qui entrelace étroitement le dérisoire avec le sublime..."

 

Françoise Jaunin

Journaliste

"24 Heures"

Suisse Romande

Les licornes à la baignade 

découvrez le film...

Bonjour

"Bonjour" -  1997

Selon le tracé des pièges de Lascaux

Tapis persan au point noué.

Adagp

Sambenito

(Projet de tapisserie murale)

tapisserie d'Aubusson

BOUM 

tapisserie d'aubusson

détails

COPYRIGHT © 2020 - Jean Fourton